Le CCM, son histoire, ses luttes

1 janvier 2017

Son histoire

Le Comité Chômage de Montréal est un organisme communautaire qui a vu le jour dans le sud-ouest de Montréal en 1978. Au début, c’était un « comité d’action » des Services juridiques communautaires de Pointe St-Charles et Petite-Bourgogne, comité qui réunissait quelques avocats, des étudiants en droit et des citoyens du sud-ouest, pour venir en aide à la population en chômage de ces quartiers de Montréal.

Au fil des années, le Comité est devenu un organisme autonome, possédant ses propres lettres patentes auprès du Registraire des entreprises à titre d’organisme sans but lucratif. Un organisme qui développe ses propres activités en fondant son activité sur ses membres, son conseil d’administration et une équipe de travail, mais aussi une organisation qui mène une activité variée sur l’ensemble du territoire montréalais, et plus encore en cette ère où les communications brisent les distances.

ComiteChomageC’est ainsi que le Comité Chômage sud-ouest de Montréal (le premier nom du Comité) est devenue en 2001 le Comité Chômage de Montréal afin de mieux refléter son travail et son rayonnement. En 2003, ces changements ont abouti à l’achat de nouveaux locaux au centre-ville de Montréal, nous conférant ainsi un peu plus de stabilité et d’autonomie.

Le Comité Chômage de Montréal, qui aura bientôt 40 ans, représente une force organisée, au service du monde, et qui demeure fidèle à ses premiers engagements, ceux de la justice sociale. Notre volonté est imperturbable.

Ses luttes

Nous n’avons jamais cessé de mobiliser et d’attirer l’attention, sinon d’éveiller la conscience des uns et des autres, à propos des protections en matière de chômage. Nous n’avons eu de cesse, particulièrement pendant toutes ces années de plomb qu’a connues le programme d’assurance-emploi entre 1990 et 2015, de dénoncer ces compressions, contreréformes et autres mesures régressives que tous les gouvernements qui se sont succédés pendant cette période, un à la suite de l’autre, ont imposées au programme.

Le régime d’assurance-emploi a été considérablement malmené, les protections prévues ont été réduites, les sanctions durcies. Tout cela permettait de dégager des surplus faramineux de la caisse d’assurance-emploi, à coup de milliards, surplus qui ont été détournés de leur finalité, et cela sans vergogne.

Combien de manifestations, d’actions, combien d’affiches et de dépliants pour sensibiliser la population, combien d’assemblées tenues partout au Québec ont été organisées? Combien de mémoires déposées et défendues en Commission parlementaire à Ottawa?

Le Comité Chômage de Montréal a été au cœur de ces batailles et du travail de regroupement des forces sociales et politiques pour bâtir les coalitions les plus larges possibles.

En 2004, par exemple, avec les Sans-Chemise, qui réunit groupes de chômeurs et organisations syndicales, nous menions une campagne de publicité dans le cadre des élections fédérales : « Qui a volé l’argent des chômeurs? » C’est d’ailleurs la question qui viendra hanter les députés du gouvernement d’alors…

Nous participerons ensuite à toutes les campagnes électorales fédérales suivantes, celles de 2006, 2008, 2011 et 2015. Pancartes, panneaux, dépliants, prises de parole, entrevues… Tout cela en coalition avec les Sans-Chemise.

À l’automne 2006, pendant une semaine, nous avons marché sur Ottawa, afin d’y porter nos revendications. Et c’est à la suite de rencontres avec chacun des caucus des partis de l’opposition que nous levons une coalition parlementaire et syndicale réunissant les trois partis d’opposition afin de mettre de l’avant un projet de changements, une plate-forme, visant plusieurs améliorations au régime d’assurance-emploi.

En 2009, au moment de la crise économique, avec les autres organisations syndicales et le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC) auquel nous sommes affiliés, nous lançons la campagne « Sortir de la crise ensemble ». Des centaines et des centaines de conseils municipaux adopteront une résolution réclamant des améliorations au régime d’assurance-emploi.

En 2012-2013, nous sommes sur tous les fronts pour dénoncer l’odieuse réforme conservatrice qui s’en prend nommément, et sans ménagement, aux plus précaires du monde du travail, les travailleurs et les travailleuses de l’industrie saisonnière. Il faut d’ailleurs savoir que 70% des saisonniers qui font une demande d’assurance-emploi vivent dans l’Est du Canada, au Québec et dans les Provinces Atlantiques. C’est au cours de cette mobilisation, que nous menons une campagne de solidarité et de levée de fonds en faveur de Madame Sylvie Therrien, fonctionnaire qui a eu le courage de dénoncer le système de quotas à l’assurance-emploi et qui a été congédiée de son emploi.

À l’automne 2015, l’élection d’un nouveau gouvernement a mis fin à ce long cycle de compressions imposées au régime d’assurance-emploi. Dès le début 2016, un train de nouvelles mesures venait améliorer plusieurs aspects du programme d’assurance-emploi, prenant même à contrepied non seulement la réforme si controversée du gouvernement précédent, mais aussi certains aspects de la réforme de 1996 imposée sous le gouvernement Chrétien (abolition du critère d’admissibilité fixé à 910 heures pour les nouveaux arrivants ce qui avait de nombreuses incidences sur d’autres aspects de la loi) et certaines notions historiques, comme le délai de carence de deux semaines réduit à une semaine.

Nous avons poursuivi notre travail de conviction sur différents autres aspects du programme d’assurance-emploi qu’il faut améliorer : les questions du trou noir vécu par les saisonniers, des prestations maladie qu’il faut prolonger, des nouveaux parents qui perdent leur emploi pendant un congé parental et qui perdent tout droit à l’assurance-emploi. Nous maintenons ce cap, tout en l’inscrivant dans une vision plus globale : le temps est venu de repenser le programme d’assurance-emploi afin d’assurer de meilleures protections sociales, un régime adapté aux réalités nouvelles, modernisé. Nos efforts vont dans cette direction.

S’abonner au CCM

1 janvier 2017

Pour obtenir les services du Comité Chômage de Montréal (CCM), vous devez devenir un abonné, moyennant un coût annuel de 10$.

Pour le CCM, cela peut faire toute la différence, faisant de cet abonnement un financement populaire qui servira au bon fonctionnement de notre organisme.

Pour s’abonner, cliquez sur le bouton ci-bas:




Nos services et le Petit Guide

1 janvier 2017

Notre travail est multiple. D’abord, Le Comité offre des services d’information et de conseils par le biais d’un service téléphonique facilement accessible, en après-midi, du lundi au jeudi, de 13h à 16h30.

Un numéro de téléphone : 514-933-5915

Ensuite, nous assumons un important et sérieux travail de représentation devant la Commission d’assurance-emploi (Service Canada) pour défendre les gens qui ont été spoliés de leurs droits : demande de révision d’une décision, tribunaux administratifs. Assez souvent, nous aidons aussi les gens à préparer eux-mêmes leurs démarches.

 

• Ateliers de formation

Nous organisons à l’intention des collectivités (syndicats, organismes communautaires, groupes d’aide aux immigrants, etc.) des sessions de formation sur la Loi, de façon à familiariser les uns et les autres aux différents aspects et rouages de celle-ci.

 

• Petit Guide de survie des chômeurs et chômeuses

Le Petit Guide de survie des chômeurs et chômeuses est produit par le Comité Chômage de Montréal depuis le début des années 1990. Nous en sommes à notre 13e édition. C’est un livre de 152 pages qui informe les gens de leurs droits, et qui fournit des outils pour mieux comprendre cette loi inutilement compliquée et, à plusieurs égards, inéquitable. Le Petit Guide est pratique et parsemé de conseils et d’exemples afin d’en faciliter la compréhension.

CouverturePetitGuideCette 13e édition rend compte d’améliorations notables apportées au programme d’assurance-emploi, notamment en matière d’admissibilité, de délai de carence, des normes qui régissent la recherche d’emploi, etc.

 

Vous pouvez vous procurer le petit guide de deux façons

  1. Utilisez le bon de commande (en cliquant ici) afin de vous procurer le Petit Guide de survie des chômeurs et chômeuses 2017 en version imprimée.
  2. Pour vous procurer une copie numérique, vous pouvez l’acheter au coût de 5$, payable via paypal en mentionnant votre adresse courriel. (Votre copie numérique vous sera envoyée par retour de courriel.)



Qui sommes-nous?

1 janvier 2017

Le Comité Chômage de Montréal (CCM) est une organisation qui informe et qui défend les droits des chômeurs et des chômeuses.

Un peu comme un syndicat qui regroupe des travailleurs et qui défend leurs droits autant sur le plan individuel que collectif, pour l’amélioration des salaires et des conditions de travail, le Comité Chômage informe les gens, et représente un outil important en matière de défense des droits.

Nous avons accumulé au fil des nombreuses années de notre existence (nous avons été mis sur pied en 1978), une connaissance juridique et pratique du régime d’assurance-emploi, que nous mettons au service des travailleurs et des travailleuses.

Ce travail d’assistance juridique serait incomplet si nous ne nous efforcions pas de changer la loi d’assurance-emploi qui demeure une loi inutilement compliquée et, à plusieurs égards, inéquitable. Trop de travailleurs et de travailleuses n’y ont pas accès. Trop de personnes souffrent de périodes de prestations trop courtes, particulièrement chez les saisonniers, ou de traitements arbitraires de la part de la Commission.

Nous menons une action politique non partisane qui vise à mobiliser l’opinion publique. Nous voulons convaincre les pouvoirs politiques d’apporter des changements à la loi d’assurance-emploi afin que cette protection sociale recouvre sa véritable vocation : un filet de sécurité économique pour tous les travailleurs et travailleuses qui se retrouvent, à un moment ou un autre, en situation de chômage (seulement au Québec, au cours de la dernière année, plus de 420 000 nouvelles demandes de prestations régulières).

Cette bataille, nous y consacrons tous nos efforts. On lâchera pas !

C’est la solidarité et l’organisation qui nous rendent fort.

 

Principales sources de financement du Comité

L’ensemble de l’activité du Comité Chômage de Montréal repose sur des ressources financières fort limitées. Nous comptons sur une seule subvention pour assurer notre stabilité et elle provient du Secrétariat à l’action communautaire autonome et aux initiatives sociales (SACAIS), du gouvernement du Québec.

Le reste de notre budget repose sur l’autofinancement : des dons versés par ses membres, par le public en général, et par des organisations syndicales et des communautés religieuses. Nous organisons aussi quelques activités bénéfices, dont le dîner-conférence du Comité qui se tient à chaque automne, au mois d’octobre. Étant propriétaires de nos locaux, nous louons aussi des espaces (bureau et logement) dont l’ensemble des bénéfices sont versés au Comité.

 

Faire un don

Vous pouvez effectuer un don au Comité chômage de Montréal en appuyant sur le bouton ci-bas:




Le taux de chômage pour la région de Montréal

5 décembre 2016

Du  3 décembre au 7 janvier 2017

Montréal: 7% (taux de chômage inférieur au mois précédent.)
Le nombre d’heure minimum travaillé est de 665 durant cette période de référence pour recevoir des prestations.

Cliquez ici pour connaître le taux de chômage des autres régions.

Le taux de chômage pour la région de Montréal

7 novembre 2016

Du 6 novembre au 3 décembre 2016

Montréal: 7,5% (taux de chômage inférieur au mois précédent.)
Le nombre d’heure minimum travaillé est de 630 durant cette période de référence pour recevoir des prestations.

Cliquez ici pour connaître le taux de chômage des autres régions.

Page 3 of 1412345...10...Last »

Poser une question

Valider