Ça bouge dans la région. Voici un résumé du fil de presse des nouvelles entourant l’assurance emploi

13 avril 2018

Des actions simultanées sont menées dans les bureaux de Service Canada dans l’Est et au Nouveau-Brunswick pour dénoncer une situation difficiles pour les travailleurs saisonniers.

http://www.rcinet.ca/fr/2018/02/12/contre-le-%E2%80%89trou-noir%E2%80%89-de-lassurance-emploi-qui-mine-la-vie-des-chomeurs/

 

Budget fédéral : réactions mitigées sur la Côte-Nord

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1086229/budget-federal-cote-nord-sept-iles

 

Les travailleurs saisonniers reviennent à la charge

Les travailleuses et travailleurs de l’industrie saisonnière manifestent depuis 9 h 30 ce matin, afin de dénoncer les conditions dans lesquelles ils sont plongés alors que certains vivent le trou noir depuis plus de 5 semaines.À Tadoussac et Forestville, près de 80 travailleurs et sympathisants ont répondu à l’appel d’Action ChômageCôte-Nord et du Conseil Central Côte-Nord CSN, et réclament des mesures d’urgence pour contrer le trou noir.

http://www.journalhcnouest.com/travailleurs-saisonniers-reviennent-a-charge/

 

Nouvelles manifestations contre le « trou noir »

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1089758/assurance-emploi-trou-noir-manifestations-travailleur-saisonnier

 

Les victimes du trou noir manifestent à nouveau

Une soixantaine de travailleurs saisonniers et quelques membres de la communauté ont fait les cent pas devant le bureau de Service Canada à Baie-Comeau, vendredi avant-midi, afin de dénoncer l’insuffisance des mesures du dernier budget fédéral pour aider à traverser la période du trou noir. Une fois de plus, ils ont réclamé une véritable aide d’urgence.

http://www.lemanic.ca/victimes-trou-noir-manifestent-a-nouveau/

 

« Trou noir » : Québec recevra 6,4 millions $ d’Ottawa

Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec, François Blais, a confirmé vendredi, à Sept-Îles, que la province recevra 6,4 millions $ du fédéral pour trouver des façons de compenser les familles qui sont aux prises avec le « trou noir » de l’assurance-emploi.

http://www.sympatico.ca/actualites/finances/trou-noir-quebec-recevra-6-4-millions-d-ottawa-1.3708487

 

Trou noir : les centres locaux d’emploi dans la solution

Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale s’est déplacé à Sept-Îles ce vendredi pour annoncer des mesures concernant le trou noir. Il a indiqué que c’est par le biais des centres locaux d’emploi que les travailleurs saisonniers seront soutenus. Il a aussi reconnu l’importance de l’économie du travail saisonnier pour le Québec et le besoin d’aider les travailleurs.

http://lenord-cotier.com/trou-noir-les-centres-locaux-demploi-dans-la-solution/

 

À La Malbaie cette fois – Une manifestation de plus contre le trou noir

Alors que le phénomène du trou noir de l’assurance-emploi bat son plein, près d’une quarantaine de militants pour les droits des travailleurs saisonniers ont manifesté devant les bureaux du Sommet du G7 à La Malbaie jeudi dernier. Ces derniers, en provenance de la Côte-Nord, de Chaudière-Appalaches et de Charlevoix, ont de nouveau réclamé au gouvernement fédéral des mesures d’urgence.

http://www.lemanic.ca/une-manifestation-de-plus-contre-le-trou-noir/

Par ailleurs, le Canada fait piètre figure lorsque vient le temps de faire une comparaison avec les autres pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). À titre d’exemple, le Canada est le seul pays membre où l’admissibilité à l’assurance-emploi est basée sur le taux de chômage dans la région où vivent les travailleuses et les travailleurs visés. De plus, le découpage de ces régions pour l’assurance-emploi ne suit pas le découpage administratif des régions, ce qui crée des aberrations statistiques, dont ce trou noir de l’assurance-emploi. Du coup, des dizaines de milliers de travailleurs saisonniers de la Côte-Nord, de Charlevoix, du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et même du Nouveau-Brunswick se retrouvent sans aide alors que la saison de travail n’est pas encore entamée. « Question assurance-emploi, le Canada sera le cancre de la classe à la rencontre de cet été », a lancé Line Sirois, coordonnatrice du Mouvement action-chômage Côte-Nord.
https://www.csn.qc.ca/actualites/le-canada-cancre-de-la-classe/

6,4 millions $ du fédéral pour venir en aide aux travailleurs touchés par le Trou noir

13 avril 2018

29793330_1600787799958028_8369687058448384000_n

Le 23 mars dernier, le ministre François Blais est venu à Sept-Îles annoncer que son ministère venait de recevoir 6,4 millions $ du fédéral pour venir en aide aux travailleurs touchés par le Trou noir.

Puisque le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec ne peut se substituer à l’assurance-emploi, l’argent sera uniquement remis sous forme de prestations aux travailleurs qui suivront une formation dans un Centre local d’emploi (CLE).

 Action-Chômage Côte-Nord travaille d’arrache-pied depuis cette annonce pour faire respecter les promesses du ministre. Bien que notre organisme considère que cette aide n’est pas la solution au Trou noir, il est important que les travailleurs qui n’ont plus de revenu aient accès aux prestations.

 En ce 9 avril, soit deux semaines après l’annonce du ministre, les CLE sont enfin informés et prêts à répondre à la demande des travailleurs. Nous demandons donc votre aide afin de faire circuler l’information (document en pièce jointe) au maximum via vos réseaux sociaux.

 Il est important que les travailleurs se rendent dans un CLE pour établir leur plan d’intervention qui leur permettra de toucher des prestations.

Le taux de chômage pour la région du Bas-Saint-Laurent et Côte-Nord

13 avril 2018

Du 8 avril au 12 mai  2018

Bas-Saint-Laurent–Côte-Nord: 6,3 % (taux de chômage supérieur au mois précédent.)
Le nombre d’heure minimum travaillé est de 665 durant cette période de référence pour recevoir des prestations.

Le nombre minimum de semaines de prestations régulières payables: 15

Cliquez ici pour connaître le taux de chômage des autres régions.

L’occupation des bureaux de Service Canada aura été de courte durée

21 février 2018

Initiée sur la Côte-Nord par la CSN et le groupe Action chômage Côte-Nord, cette occupation pacifique des bureaux de Service Canada s’est également tenue à Sept-Îles ainsi que dans deux bureaux de la Gaspésie et cinq du Nouveau-Brunswick.

Sur le coup de 10 h lundi, le président du Conseil central Côte-Nord-CSN, Guillaume Tremblay, a indiqué que le siège qui venait de s’amorcer se poursuivrait aussi longtemps que le ministre Jean-Yves Duclos, responsable de l’assurance-emploi, n’agirait pas et que les forces de l’ordre n’interviendraient pas. « On va faire ça de façon pacifique tant que M. Duclos (le ministre responsable) ne bougera pas. On veut des mesures d’urgence pour corriger le tir », a-t-il alors souligné.

L’arrivée de deux policiers de la Sûreté du Québec vers 10 h 40 a cependant mis fin à l’occupation et à l’espoir que cette action de visibilité porte ses fruits. « On va obtempérer, mais on va revenir », a promis le syndicaliste.

Il y a un mois, le personnel du bureau de circonscription de Québec du ministre Jean-Yves Duclos, responsable de l’assurance-emploi, s’était montré beaucoup plus patient. Après 36 heures de siège, la quinzaine de travailleurs sur place et leurs représentants avaient quitté les lieux après être parvenus à s’entretenir avec M. Duclos. Ce dernier leur avait promis qu’il ferait de ce dossier une priorité.

Les travailleurs saisonniers continuent de réclamer des mesures pour lutter contre le trou noir, qui correspond au délai s’écoulant entre la fin de leurs prestations d’assurance-emploi et leur retour au travail au printemps. Or, au lieu de s’améliorer, leur situation vient même de se détériorer.

Cliquez ici afin de consulter l’article complet.

On peut améliorer les tribunaux de l’assurance-emploi

21 février 2018

À chaque année, des milliers de personnes ayant bel et bien travaillé et cotisé se voient refuser leur droit à des prestations d’assurance-emploi. À Service Canada, on enquête! : fin d’emploi jugée litigieuse, disponibilité au travail, travail autonome… La liste des raisons d’enquête est longue et alambiquée.

Confronté à une décision défavorable, un citoyen doit franchir avec succès un processus de contestation, digne parfois des 12 travaux d’Astérix : révision administrative dans un premier temps et, le cas échéant, faire appel au Tribunal de la sécurité sociale (TSS). Ce dernier tribunal, administratif, comporte deux paliers. En place depuis 2013, il a créé un tel lot d’insatisfaction, particulièrement en ce qui a trait aux retards de traitement, que le ministère a commandé une étude à KPMG, qui a remis son rapport final en octobre 2017.

Assurance-emploi: les maires de la Côte-Nord pressent le gouvernement fédéral d’agir

15 février 2018

Au cours des prochains mois, des centaines de familles de Tadoussac à Blanc-Sablon n’auront plus de revenus jusqu’à la reprise de leur travail saisonnier.

La Côte-Nord traverse actuellement le plus rude de ses hivers sur le plan économique. La situation est catastrophique et malheureusement, elle laisse de glace la classe politique.

Le trou noir de l’assurance-emploi a commencé à frapper et son impact se fait déjà sentir. Au cours des prochains mois, des centaines de familles de Tadoussac à Blanc-Sablon n’auront plus de revenus jusqu’à la reprise de leur travail saisonnier. Si aucune action n’est prise, des drames sont à prévoir. La situation est urgente. La population de la Côte-Nord crie au secours.

La baisse du taux de chômage et la méthode de calcul de l’assurance-emploi créent un immense trou noir pour les travailleurs de l’industrie saisonnière de la région. Maintenant obligés de travailler 140 heures de plus pour obtenir six semaines de moins de prestations, de nombreux travailleurs n’ont pas réussi à se qualifier pour obtenir suffisamment d’assurance-emploi pour boucler l’année.

Cliquez ici afin de consulter l’article complet.

 

Travailleurs de la Côte-Nord: des chômeurs sans revenu

Des centaines de travailleurs saisonniers des pêches de la Côte-Nord auront sous peu épuisé leurs semaines de prestations de chômage. Ils devront se débrouiller sans revenu jusqu’au début de la prochaine saison de la pêche en avril.

Or, les travailleurs gaspésiens ne vivent pas ce trou noir de la même façon. Ils ont droit à plus de semaines de prestation puisqu’ils habitent dans une région où le taux de chômage est plus élevé.

«C’est aberrant, c’est mal comprendre notre réalité économique de penser que ces nouvelles règles n’allaient pas avoir d’impact ici. Une partie importante de notre économie repose sur le travail saisonnier», a expliqué le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier.

Cliquez ici afin de consulter l’article complet.

 

L’absence d’emploi fait des victimes du « trou noir » à Forestville

En Haute-Côte-Nord, des travailleurs saisonniers se retrouvent sans aucun revenu parce que leurs prestations d’assurance-emploi prennent fin avant le début de leur prochaine saison de travail. Et les emplois sont rares dans la région l’hiver, difficile, donc, de se trouver du travail pour éviter les périodes de « trou noir ».

Un texte de Louis Garneau

Il y a quelques jours, Jimmy Pelletier est tombé dans ce « trou noir ».

Lorsqu’elle aura reçu son dernier chèque d’assurance-emploi, le 19 février, sa conjointe, Nancy Gendreau, s’y retrouvera avec lui.

Cliquez ici afin de consulter l’article complet.

Page 1 of 1012345...10...Last »

Poser une question

Valider