Nombre d’heures admissibles du 8mai au 11 juin 2016

9 mai 2016

Pour vous qualifier pour recevoir des prestations d’assurance-emploi en Montérégie

Taux de Chômage pour la période du 8 mai au 11 juin 2016

Taux de chômage: 6
Nombres d’heures assurables requises pour avoir droit aux prestations régulières: 665
Nombre minimum de semaines de prestations régulières payables: 15
Nombre maximum de semaines de prestations régulières payables : 38

Selon les statistiques

5 mai 2016

La réforme n’a pas provoqué la catastrophe prévue

5 mai 2016 | Marie Vastel – Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada

Les groupes de chômeurs et plusieurs politiciens craignaient le pire, à la suite de la réforme de l’assurance-emploi des conservateurs il y a quatre ans.

Les groupes de chômeurs et plusieurs politiciens craignaient le pire, à la suite de la réforme de l’assurance-emploi des conservateurs il y a quatre ans. Mais le pire ne se sera pas produit, puisque très peu de chômeurs ont vu leur demande refusée en vertu de nouveaux critères controversés mis en place par le gouvernement Harper.

Les fonctionnaires du ministère de l’Emploi n’ont pas été en mesure d’évaluer tous les impacts de la réforme conservatrice. Mais les statistiques récoltées ont fait état de conséquences « très modestes, en matière de chiffres », a relaté le sous-ministre responsable des compétences et de l’emploi, Paul Thompson, invité en comité parlementaire mercredi pour détailler les conséquences des changements de 2012.

Statistique Canada n’a décelé qu’un faible nombre de demandes de prestations d’assurance-emploi rejetées parce qu’un chômeur avait refusé d’accepter un « emploi convenable » — seules 190 personnes n’ont pu recevoir d’assurance-emploi pour cette raison en 2015. Idem quant aux chômeurs qui n’avaient mené « aucune recherche d’emploi » — ils ont été 960 à voir leur demande rejetée en 2015. Ces deux catégories d’inadmissibilité aux prestations d’assurance-emploi représentent environ 0,1 % des refus recensés en 2015. À titre comparatif, en 2014, Ottawa a versé des prestations régulières d’assurance-chômage à quelque 487 000 chômeurs au pays.

La réforme de Stephen Harper distinguait les chômeurs en trois catégories. Les travailleurs « fréquents » — qui ont eu plus souvent recours à l’assurance-emploi — étaient désormais obligés d’accepter un emploi « convenable » pour lequel ils étaient qualifiés, même s’il se trouvait jusqu’à une heure de chez eux et offrait un salaire moindre (jusqu’à 70 % de leur salaire précédent). Le budget libéral de Justin Trudeau propose d’annuler cette réforme.

Faibles variations

Les chômeurs canadiens ont été un peu plus nombreux à accepter un nouvel emploi à 75 % de leur salaire précédent, augmentant de quelques points de pourcentage entre 2012 et 2014 selon Statistique Canada. Le taux d’acceptation d’emplois au même salaire que le poste précédent semble avoir quelque peu diminué, de deux ou trois points de pourcentage selon le tableau fourni par Statistique Canada. Les taux d’acceptation d’emplois à 85 %, 90 % ou 95 % du salaire précédent sont quant à eux restés sensiblement inchangés.

Les demandeurs ont consacré en moyenne le même nombre d’heures à leur recherche d’emploi (12 heures en 2010, 13 heures en 2011, 2012 et 2013, et 12 heures en 2014).

Le sous-ministre Thompson a reconnu que la réforme pouvait avoir entraîné d’autres conséquences que ces refus de prestations rapportés par Statistique Canada. Mais le ministère de l’Emploi ne les a pas évaluées. Et puisque le nouveau gouvernement libéral s’apprête à abroger les changements en litige, le ministère ne mènera pas d’autre étude sur les conséquences de la réforme conservatrice, a-t-on expliqué à la suite de la rencontre parlementaire.

Campagne de signatures de cartes postales

27 avril 2016

Lancement de la campagne : L’assurance-emploi, c’est pour tout le monde !

17 avril 2016

Montréal, dimanche 17 avril 2016 – Les partenaires de la Coalition des Sans-Chemise unissent leurs forces afin de sensibiliser la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, l’Honorable MaryAnn Mihychuk, à la nécessité de revoir le régime d’assurance-emploi pour qu’il réponde adéquatement à la réalité des travailleuses et des travailleurs qui ont perdu leur emploi. Pour ce faire, ils lancent aujourd’hui une vaste campagne de signatures de cartes postales, afin d’inviter la ministre à poursuivre dans la voie du changement.

Afin d’en savoir d’avantage et de suivre la campage, cliquez ici.

campagne 2016

Pas pour cette fois encore

29 mars 2016

Assurance-emploi: Morneau ne rendra pas la caisse indépendante
25 mars 2016 |La Presse canadienne | Canada

Ottawa — Le ministre des Finances, Bill Morneau, écarte fermement la possibilité de rendre indépendante la caisse d’assurance-emploi. En entrevue à La Presse canadienne, M. Morneau a laissé entendre que le système fonctionnait bien dans sa forme actuelle et qu’il n’était pas « dans les discussions » d’en changer la structure. « Je crois que le système marche maintenant », a-t-il indiqué, rappelant que de nouvelles mesures avaient été mises en avant dans son tout premier budget pour donner un coup de pouce aux chômeurs. Le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique (NPD) réclament tous deux que la caisse d’assurance-emploi soit mise à l’abri du gouvernement fédéral, pour éviter qu’il puisse piger dans les surplus de la caisse.

Plus d’un mois d’attente

15 mars 2016

Plus d’un mois d’attente avant de recevoir des prestations d’assurance-emploi

On peut y lire que 297 586 Canadiens qui avaient rempli une demande pour recevoir des prestations d’assurance-emploi ont attendu plus de 28 jours avant de connaître la décision rendue sur leur dossier.
Jordan Press
Les Canadiens qui ont perdu leur travail doivent attendre souvent plus d’un mois avant de savoir s’ils sont admissibles à l’assurance-emploi, démontrent de nouvelles données.
Ces statistiques révèlent également qu’il y a un délai de plusieurs jours avant que les agents d’information soient en mesure de rappeler pour répondre à une demande d’information.
Ces données sont contenues dans des documents déposés au Parlement la semaine dernière, en réponse à une question écrite qui avait été soumise par la porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière d’emploi, Niki Ashton.
On peut y lire que 297 586 Canadiens ont attendu plus de 28 jours avant de savoir si leur demande de prestations d’assurance-emploi était acceptée.
La moyenne nationale s’est établie à 39 jours.
Les Canadiens qui ont perdu leur travail doivent attendre souvent plus d’un mois avant de savoir s’ils sont admissibles à l’assurance-emploi, démontrent de nouvelles données.
Ces statistiques révèlent également qu’il y a un délai de plusieurs jours avant que les agents d’information soient en mesure de rappeler pour répondre à une demande d’information.
Ces données sont contenues dans des documents déposés au Parlement la semaine dernière, en réponse à une question écrite qui avait été soumise par la porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière d’emploi, Niki Ashton.
On peut y lire que 297 586 Canadiens ont attendu plus de 28 jours avant de savoir si leur demande de prestations d’assurance-emploi était acceptée.
La moyenne nationale s’est établie à 39 jours.
Les données démontrent aussi que les Canadiens qui ont tenté de joindre un centre d’appel du gouvernement fédéral afin d’obtenir des réponses à leurs questions sur l’assurance-emploi se sont butés à un message enregistré 7,4 millions de fois entre avril 2015 et janvier 2016.
Ceux qui ont laissé un message à un agent d’information ont reçu une réponse dans un délai de cinq jours dans seulement 60 % des cas.
Incidemment, les délais de traitement et le service à la clientèle sont les raisons les plus souvent invoquées par les usagers qui ont formulé des plaintes auprès du gouvernement.
De manière générale, des délais importants s’observent dans les centres d’appel du gouvernement fédéral depuis un bon moment. Le système de traitement des appels est notamment pointé du doigt.
L’objectif du gouvernement est de répondre à 80 % des appels dans un délai de 10 minutes. Au cours de la période s’étirant d’avril à janvier derniers, les centres d’appel ont atteint cette cible de manière variable. La plus forte proportion a été notée en juin avec 64,3 % des appels qui ont reçu une réponse en 10 minutes. En janvier, cette proportion a chuté à 19,6 %.
Emploi et Développement social Canada, qui chapeaute le programme d’assurance-emploi, prévoit investir 19,5 millions cette année pour ses services téléphoniques et 18,9 millions additionnels pour améliorer les services et les réponses disponibles sur Internet.
La ministre du Travail MaryAnn Mihychuk a reconnu que le gouvernement devait apporter des correctifs au système de gestion des demandes d’assurance-emploi. Elle a ajouté qu’Ottawa soumettrait son plan sous peu.
«Notre objectif est d’offrir des services aux Canadiens qui en ont le plus besoin et lorsqu’ils en ont besoin. Nous savons que cela implique d’améliorer la manière dont nous interagissons avec les Canadiens, surtout à la suite d’années de coupes dans les services de première ligne effectuées par le précédent gouvernement», a déclaré Mme Mihychuk.
Pour sa part, Niki Ashton a souligné qu’il y avait un urgent besoin d’accroître le nombre d’employés permanents travaillant dans les centres d’appel. Actuellement, le tiers des employés sont embauchés à temps partiel.

La Presse Canadienne
Ottawa

Nombre d’heures assurables

14 mars 2016

Taux de chômage et tableau de prestation
(pour la période du 13 mars 2016 au 09 avril 2016)

• Taux de chômage de la région: 6
• Nombre d’heures assurables requises pour avoir droit aux prestations régulières: 700
• Nombre minimum de semaines de prestations régulières payables: 14
• Nombre maximum de semaines de prestations régulières payables: 36

Page 5 of 8« First...34567...Last »

Poser une question

Valider