22 septembre 2016

Région économique de l’assurance-emploi de la Montérégie

Taux de chômage et tableau de prestation
(pour la période du 11 septembre 2016 au 08 octobre 2016)

 

  • Taux de chômageFootnote1 7.3
  • Nombre d’heures assurables requises pour avoir droit aux prestations régulières:  630
  • Nombre minimum de semaines de prestations régulières payables:  17
  • Nombre maximum de semaines de prestations régulières payables:  40

Une carte qui est décrite dans la phrase sous l'image.

Carte représentant la région de l’assurance-emploi de la Montérégie et les divisions de recensement 1996 y compris Beauharnois-Salaberry, Brome-Missisquoi, La Haute-Yamaska, La Vallée-du-Richelieu, Lajammerais, Le Haut-Richelieu, Le Haut-Saint-Laurent, Les Jardins-de-Napierville, Les Maskoutains, Rouville et Vaudreuil-Soulanges.

Régions économiques:

Nouveaux changements

6 septembre 2016

LA RÉFORME DES CONSERVATEURS CRÉANT DES CATÉGORIES DISTINCTES DE PRESTATAIRES À L’ASSURANCE-EMPLOI ET REDÉFINISSANT LA RECHERCHE D’UN EMPLOI CONVENABLE
EST ABOLIE!

• Rappelons qu’en 2012-2013, la réforme de l’assurance-emploi du gouvernement Harper créait trois catégories de chômeurs (« travailleur de longue date », « prestataire fréquent » et « prestataire occasionnel ») faisant en sorte que tous n’étaient plus égaux devant la loi. Des obligations distinctes étaient imposées à l’un et à l’autre, sur le type d’emploi et le salaire (à la baisse) qu’il fallait accepter, sur la distance qu’il fallait parcourir. On visait principalement, avec ces mesures, les travailleurs et les travailleuses de l’industrie saisonnière.

• La bataille que nous avons menée contre ces politiques conservatrices a eu gain de cause. Il faut le savoir!

• Adoptés à la fin juin et publiés le 13 juillet 2016, de nouveaux règlements sont entrés en vigueur pour définir ce qu’on entend de nouveau par « emploi convenable » et « recherche d’emploi ». Ces définitions s’inscrivent dans les paramètres entendus par les organismes internationaux.

• Voici en résumé ce qui fait dorénavant force de loi et qui se retrouve aux règlements 9.001 et 9.002 :
1) Les démarches pour trouver un emploi convenable sont des démarches habituelles et raisonnables, elles sont soutenues et contemplent différents facteurs, parmi lesquels : évaluation des possibilités d’emploi, rédaction d’un CV ou lettre de présentation, inscription à des outils de recherches d’emploi, participation à des ateliers sur la recherche d’emploi, réseautage, communication avec des employeurs, présentation de demandes d’emplois, entrevues d’emploi.
2) Les critères qui servent à déterminer ce qui représente un emploi convenable sont les suivants : l’état de santé et les capacités physiques du prestataire, un horaire de travail qui n’est pas incompatible avec les obligations familiales ou ses croyances religieuses, la nature du travail (non contraire aux convictions morales ou croyances religieuses).
3) N’EST PAS un emploi convenable : l’offre d’un emploi dans le cadre de son occupation ordinaire à un taux de rémunération plus bas ou à des conditions moins favorables que le taux ou les conditions appliqués ou admis par les bons employeurs ; l’offre d’un emploi d’un genre différent de celui exercé normalement, mais offrant un taux de rémunération plus bas ou des conditions moins favorables que le taux ou les conditions qu’il pourrait raisonnablement s’attendre à obtenir (comparaison faite avec l’occupation ordinaire). Dans le cadre de cette dernière condition (l’offre d’un emploi différent), un délai raisonnable est accordé; à l’expiration de ce délai raisonnable, le refus de l’offre d’emploi se justifiera si le taux de rémunération ou les conditions offertes sont moins favorables que ceux admis par convention entre employeurs et employés, ou admis par les bons employeurs.

Voici le lien pour accéder au texte du règlement :
http://laws-lois.justice.gc.ca/…/r…/DORS-96-332/page-2.html…

C’est la justice et le bon sens qui ont gagné.
Faites circuler!

 

Fermeture estivale

21 juillet 2016

Veuillez prendre note que le bureau du Comité Chômage du Haut-Richelieu et du Suroît sera fermé du 22 juillet au 5 août 2016.
Pour toute assistance ou information concernant l’assurance-emploi, communiquez avec le bureau du Comité Chômage de Montréal au 514-933-5915.

Taux de chômage de la Montérégie

18 juillet 2016

Taux de chômage et tableau de prestation
(pour la période du 10 juillet 2016 au 06 août 2016)

Taux de chômage : 7.1
Nombre d’heures assurables requises pour avoir droit aux prestations régulières: 630
Nombre minimum de semaines de prestations régulières payables: 17
Nombre maximum de semaines de prestations régulières payables: 40

http://srv129.services.gc.ca/regions_ae/fra/montereg.aspx?rates=1

Nombre d’heures admissibles du 8mai au 11 juin 2016

9 mai 2016

Pour vous qualifier pour recevoir des prestations d’assurance-emploi en Montérégie

Taux de Chômage pour la période du 8 mai au 11 juin 2016

Taux de chômage: 6
Nombres d’heures assurables requises pour avoir droit aux prestations régulières: 665
Nombre minimum de semaines de prestations régulières payables: 15
Nombre maximum de semaines de prestations régulières payables : 38

Selon les statistiques

5 mai 2016

La réforme n’a pas provoqué la catastrophe prévue

5 mai 2016 | Marie Vastel – Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada

Les groupes de chômeurs et plusieurs politiciens craignaient le pire, à la suite de la réforme de l’assurance-emploi des conservateurs il y a quatre ans.

Les groupes de chômeurs et plusieurs politiciens craignaient le pire, à la suite de la réforme de l’assurance-emploi des conservateurs il y a quatre ans. Mais le pire ne se sera pas produit, puisque très peu de chômeurs ont vu leur demande refusée en vertu de nouveaux critères controversés mis en place par le gouvernement Harper.

Les fonctionnaires du ministère de l’Emploi n’ont pas été en mesure d’évaluer tous les impacts de la réforme conservatrice. Mais les statistiques récoltées ont fait état de conséquences « très modestes, en matière de chiffres », a relaté le sous-ministre responsable des compétences et de l’emploi, Paul Thompson, invité en comité parlementaire mercredi pour détailler les conséquences des changements de 2012.

Statistique Canada n’a décelé qu’un faible nombre de demandes de prestations d’assurance-emploi rejetées parce qu’un chômeur avait refusé d’accepter un « emploi convenable » — seules 190 personnes n’ont pu recevoir d’assurance-emploi pour cette raison en 2015. Idem quant aux chômeurs qui n’avaient mené « aucune recherche d’emploi » — ils ont été 960 à voir leur demande rejetée en 2015. Ces deux catégories d’inadmissibilité aux prestations d’assurance-emploi représentent environ 0,1 % des refus recensés en 2015. À titre comparatif, en 2014, Ottawa a versé des prestations régulières d’assurance-chômage à quelque 487 000 chômeurs au pays.

La réforme de Stephen Harper distinguait les chômeurs en trois catégories. Les travailleurs « fréquents » — qui ont eu plus souvent recours à l’assurance-emploi — étaient désormais obligés d’accepter un emploi « convenable » pour lequel ils étaient qualifiés, même s’il se trouvait jusqu’à une heure de chez eux et offrait un salaire moindre (jusqu’à 70 % de leur salaire précédent). Le budget libéral de Justin Trudeau propose d’annuler cette réforme.

Faibles variations

Les chômeurs canadiens ont été un peu plus nombreux à accepter un nouvel emploi à 75 % de leur salaire précédent, augmentant de quelques points de pourcentage entre 2012 et 2014 selon Statistique Canada. Le taux d’acceptation d’emplois au même salaire que le poste précédent semble avoir quelque peu diminué, de deux ou trois points de pourcentage selon le tableau fourni par Statistique Canada. Les taux d’acceptation d’emplois à 85 %, 90 % ou 95 % du salaire précédent sont quant à eux restés sensiblement inchangés.

Les demandeurs ont consacré en moyenne le même nombre d’heures à leur recherche d’emploi (12 heures en 2010, 13 heures en 2011, 2012 et 2013, et 12 heures en 2014).

Le sous-ministre Thompson a reconnu que la réforme pouvait avoir entraîné d’autres conséquences que ces refus de prestations rapportés par Statistique Canada. Mais le ministère de l’Emploi ne les a pas évaluées. Et puisque le nouveau gouvernement libéral s’apprête à abroger les changements en litige, le ministère ne mènera pas d’autre étude sur les conséquences de la réforme conservatrice, a-t-on expliqué à la suite de la rencontre parlementaire.

Page 4 of 7« First...23456...Last »

Poser une question

Valider