Campagnes

 

megaphone copy Campagnes du CNC

 

L’assurance-emploi c’est important pour tout le monde: Le trou noir (2017).

TN1

TN2

 

 

 

Démolition de l’assurance emploi – Campagne électorale fédérale 2015

camapgne-2015-1080x420

 

Les 5 revendications des Sans-Chemise

  1. Une amélioration importante de l’accessibilité au régime

Nous croyons que l’admissibilité au régime d’assurance emploi doit être fondée sur des mesures beaucoup mieux adaptées aux réalités du travail et aux besoins des travailleurs.

  1. L’augmentation du taux de prestations

Nous préconisons un calcul établi sur la moyenne des meilleures semaines de la dernière année, avec un taux de remplacement relevé à 60%.

  1. Une plus longue période de prestations

Il faut augmenter la période de prestations, de façon à éviter le « trou noir » vécu par les travailleurs saisonniers, et pour une meilleure sécurité économique pour l’ensemble des travailleurs.

  1. Une réelle caisse autonome

Il faut une vraie caisse autonome, disposant de tous les outils nécessaires et d’un fonds de réserve suffisant. Si le législateur décide de la loi, l’administration doit revenir aux cotisants.

  1. L’abolition du délai de carence

Le délai de carence est une méthode passéiste visant à faire porter la responsabilité des deux premières semaines de chômage sur le dos des travailleurs. Une vision moderne abolira ce délai de carence.

 

Déclaration du collectif Refusons l’austérité – 20 avril 2015

NOUS, acteurs du progrès social, organismes communautaires, associations étudiantes, groupes environnementaux, mouvement féministe et organisations syndicales, nous nous engageons par notre solidarité à :

« Refuser l’austérité pour construire un Québec plus juste! »

– Parce que nous défendons l’accessibilité et la qualité des services à la population dans la santé, dans les services sociaux, dans l’éducation et dans les services de garde pour assurer une plus grande justice sociale et une meilleure redistribution de la richesse ;

– Parce que nous défendons une fonction publique forte, présente et accessible dans toutes les régions du Québec afin de garantir l’exercice des droits fondamentaux, la défense du bien commun et l’intérêt collectif ;Parce que nous jugeons que l’égalité passe par la non-discrimination, la non-violence et par l’autonomie économique des femmes ;

– Parce que nous reconnaissons le droit des peuples à l’autodétermination et le droit de participer aux décisions qui peuvent avoir des conséquences sur leur vie ;

– Parce que nous pensons qu’une qualité de vie décente passe par des programmes soutenant les personnes en situation de pauvreté, les familles, les personnes immigrantes ;

– Parce que nous sommes d’avis qu’un pays fou de ses enfants doit proposer une politique familiale accessible et respectueuse des enfants et des parents ;

– Parce que nous croyons au renforcement de la démocratie et à une participation citoyenne active ;

– Parce que nous croyons que la concertation est une clé fondamentale du développement des régions ;

– Parce que nous avons à coeur le développement économique du Québec et la création d’emplois de qualité ;

– Parce que nous voulons protéger l’environnement ;

– Parce que nous estimons que le gouvernement doit avoir le courage d’aller chercher de nouveaux revenus autrement que par la tarification des services ;

– Parce que nous dénonçons le discours alarmiste du gouvernement sur les finances publiques pour justifier ses choix ;

– Parce que nous considérons que d’autres choix sont réalisables, comme ceux de lutter contre les paradis fiscaux et d’imposer justement les grandes entreprises et les banques ;

– Parce que nous croyons qu’un autre Québec est possible ;

 

declaration_collectif

NOUS exigeons que cessent les mesures d’austérité et NOUS proposons :

L’adoption d’une véritable politique de développement durable pour le Québec, qui réponde aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Une politique qui reconnaisse le droit à l’autodétermination des peuples autochtones, l’égalité entre les femmes et les hommes et le droit de tous de vivre et de travailler dans la dignité dans toutes les régions du Québec. Une politique qui permette :

– une réduction significative des gaz à effet de serre et une réduction de notre dépendance au pétrole ;

– une réduction des inégalités sociales ;

– un développement régional appuyé par les acteurs locaux ;

– une économie génératrice d’emplois de qualité.

Une révision du régime fiscal qui assure un financement adéquat des services publics et des programmes sociaux par :

– une plus grande participation des entreprises au financement de l’État en imposant notamment un impôt minimum aux entreprises et en introduisant une taxe sur le capital pour les institutions financières ;

– une refonte des avantages fiscaux qui ne favorise pas indûment les plus riches, comme ceux concernant les gains en capital, les options d’achat, les fondations philanthropiques et les successions ;

– une intensification de la lutte à l’évasion fiscale, à l’économie souterraine et aux paradis fiscaux ;

– une plus grande progressivité de l’impôt des particuliers en augmentant les paliers d’imposition pour les personnes dont le revenu est plus élevé.a mise en place d’une consultation populaire afin de définir collectivement les finalités de l’État québécois.

 

La mise en place d’une consultation populaire afin de définir collectivement les finalités de l’État québécois.

 

Devant l’urgence d’arrêter le gouvernement dans son entreprise de démolition de l’État social :

 

NOUS, acteurs du progrès social, organismes communautaires, associations étudiantes, groupes environnementaux, mouvement féministe et organisations syndicales, appelons celles et ceux qui ont à coeur la construction d’un Québec plus juste, plus égalitaire, plus solidaire, à SE MOBILISER AVEC NOUS!

Organismes signataires de la Déclaration

– Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS)

– Alternatives

– Association des juristes progressistes

– Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA)

– Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

– Au bas de l’échelle

– Centrale des syndicats démocratiques (CSD)

– Centrale des syndicats du Québec (CSQ)

– Centre des organismes communautaires

– Centre international de solidarité ouvrière (CISO)

– Coalition Solidarité Santé

– Collectif pour un Québec sans pauvreté

– Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec (COPHAN)

– Confédérations des syndicats nationaux (CSN)

– Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT)

– Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC)

– Fédération autonome de l’enseignement (FAE)

– Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ)

– Fédération des femmes du Québec (FFQ)

– Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)

– Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)

– Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ)

– Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)

– Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

– Greenpeace

– Groupe de recherche d’intérêt public à l’UQAM (GRIP-UQAM)

– Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA)

– Jeunes médecins pour la santé publique

– Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (MASSE)

– Nature Québec

– L’R des centres de femmes du Québec

– Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal

– Solidarité avec la Nation Anishinabe du Bassin-versant de la Rivière des Outaouais (Solidarité NABRO)

– SOS Territoire

– Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ)

– Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ)

– Table nationale des corporations de développement communautaire (TNCDC)

 


 

Refusons l’austérité

image_dimensions

Nous appelons l’ensemble de la population du Québec à se mobiliser. Depuis son premier budget d’austérité, en juin dernier, le gouvernement de Philippe Couillard a décidé de fragiliser le Québec. En faisant preuve d’une attitude méprisante envers l’ensemble de la société civile, le gouvernement prétend, par des pseudo-consultations, ouvrir un dialogue social alors qu’il se livre dans les faits à un véritable monologue où toutes les décisions sont prises d’avance.

Rien n’est épargné : le programme d’aide sociale, les caisses de retraite des secteurs municipal et universitaire, les conservatoires de musique, les services d’aide aux devoirs des enfants, les subventions pour les petits-déjeuners scolaires, en passant par les programmes publics les plus intéressants des dernières décennies : le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) et le réseau des garderies publiques.Pour les travailleurs et travailleuses du secteur public, les ballons d’essai sont tellement nombreux au-dessus de la colline Parlementaire qu’ils ne savent plus où donner de la tête. Fermeture des agences de santé, fusion de dizaines de CSSS, les annonces sont plus inquiétantes les unes que les autres. Et les rumeurs de fermetures de services à la population se multiplient à vitesse grand V.Le temps de la mobilisation pour sauvegarder le Québec que nous voulons est arrivé. Une société égalitaire qui prend soin de ses enfants, de ses malades et de ses aînés. Le Québec dont nous sommes fiers qui a su, au fil des luttes des dernières décennies, se distinguer par des programmes sociaux accessibles et de qualité pour l’ensemble de la population.INDIGNEZ-VOUS, SOYEZ DE LA RIPOSTE!
Grande mobilisation à Montréal et à Québec le samedi 29 novembre prochainNous vous attendons en grand nombre à cette grande manifestation qui se tiendra simultanément dans les deux villes pour dire non à la démolition de l’État social du Québec.Consultez la page Facebook de l’événement.Consultez la page de la manifestationLieux de rassemblementMontréal : Place du Canada (angle Peel et René-Lévesque) à 12 hQuébec : Parc des Champs-de-Bataille (plaines d’Abraham) à 12 hMatériel à téléchargerConsultez la page de la manifestation pour télécharger du matériel

 


 

Chez nous, c’est NON au saccage de l’assurance-emploi

L1037396Le 7 mars 2013, le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC) a participé à la création de la Coalition québécoise contre la réforme de l’assurance-emploi. Réunissant la FTQ, la CSN, la CSQ, la CSD, le SFPQ ainsi que le MASSE et le CNC, la coalition représentant plus de 1,2 million de salarié-es a également dévoilé un important plan de mobilisation provinciale afin de contrer le saccage de l’assurance-emploi auquel se livre le gouvernement conservateur de Stephen Harper.Pour la coalition, il y a urgence de mobiliser toutes les forces vives du Québec, en alliance avec les autres mouvements canadiens de contestation de la réforme, afin d’obtenir un changement de cap du gouvernement. La coalition veut que le gouvernement retire sa réforme, qu’il tienne des consultations publiques sur les changements à apporter au programme d’assurance-emploi et qu’il mène des études d’impact avant de procéder.La coalition s’est dotée d’un plan d’action provincial bien rempli qui promet beaucoup de surprises aux députés conservateurs du Québec ainsi qu’à ceux qui font la promotion de telles politiques d’austérité antitravailleurs. Dès les jours suivants, des manifestations se sont tenues, en cascade, dans toutes les régions du Québec, et ce, jusqu’au 1eravril. Loin d’être un poisson d’avril, la mobilisation décuplera ensuite.photo montageAinsi, la coalition a tenu un grand rassemblement public, le 4 avril, à Montréal, auquel ont été conviées plusieurs personnalités québécoises de tous les horizons. Il y a consensus au Québec contre cette mauvaise réforme et la coalition entend bien refléter cette diversité du mouvement d’opposition.Le plan d’action provoyait ensuite une série de « visites impromptues » chez les députés conservateurs et divers représentants du gouvernement fédéral. Ces actions ont été déployées à travers tout le territoire québécois en s’appuyant sur une myriade de coalitions régionales qui se mettent en branle localement. L’objectif était clair : perturber au maximum, dans le respect des lois, la quiétude de députés conservateurs qui continuent, contre vents et marées, à défendre le saccage de l’assurance-emploi au lieu de faire résonner à Ottawa le consensus québécois qui s’élève contre cette réforme.Enfin, la Coalition organisa des activités de sensibilisation dans les jours précédant et suivant le 1er mai, Fête internationale des travailleuses et des travailleurs. Notamment, elle organisa des caravanes d’information et de mobilisation qui ont sillonnées les régions du Québec. La mobilisation s’est clôturée par une manifestation nationale se le 4 mai dans les rues de Montréal.Visiter le site de la campagne: http://www.nonausaccage.com/


 

Pour un programme Québécois de l’Assurance-emploi

Nous croyons qu’est venu le temps d’engager le débat sur le rapatriement au Québec du régime d’assurance-emploi. Nous en avons les moyens, les infrastructures, l’expertise et nous en avons l’expérience. Nous prenons à témoin le rapatriement en 2006, des prestations maternité et parentales de l’assurance-emploi, pour créer notre propre régime d’assurance parentale. Le rapatriement vise, pour nous, cet objectif : protéger les travailleurs qui perdent leur emploi, régler ces questions d’admissibilité, avoir un programme modernisé qui sache répondre aux besoins de la population et des différentes régions du Québec.Nous voulons que le Québec mette en place son propre programme d’assurance-chômage de façon à mieux protégerles travailleurs et les travailleuses qui se retrouvent en chômage. Le programme fédéral a failli à cette tâche, en complexifiant et en judiciarisant à outrance son application, en créant toutes sortes d’exceptions et de projets pilotes à durée et à portée limitée, en imposant toutes sortes de calculs et de normes arbitraires aux conséquences néfastes, en détournant massivement les cotisations versées par les salariés et parles employeurs. C’est pourquoi nous revendiquons le rapatriement au Québec de ce pouvoir de mettre en place notre propre programme d’assurance-chômage. Le Québec peut faire mieux, il l’a déjà démontré dans de nombreux domaines.Consulter le document: Le rapatriement au Québec de l’Assurance-emploi, le temps d’agirScreen Shot 2014-10-27 at 02.07.50 Découvrir plus de matériel et d’informations sur le sujet: rapatriement de l’assurance-emploi


 

history1 (1) copy Campagnes passées

 

 

Aidons Sylvie Therrien

STherrien_FaceBook (1)

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC) a lancé une campagne de soutien financier pour Sylvie Therrien, fonctionnaire congédiée par le Ministère de l’Emploi et Développement Social Canada pour avoir divulgué des informations relatives aux quotas que les enquêteurs de l’assurance-emploi doivent rencontrer, ainsi que d’autres informations sur les méthodes d’enquête.Sylvie Therrien est présentement sans revenu, après avoir été brutalement suspendue sans solde au mois de mai dernier, et maintenant congédiée depuis le 22 octobre 2013. De plus, Service Canada lui refuse son droit aux prestations d’assurance-emploi à cause des raisons du congédiement.Nous avons décidé que notre solidarité serait le prolongement de son courage. Les travailleurs et les chômeurs vont amasser des fonds pour lui venir en aide. Notre solidarité deviendra ainsi sa caisse d’assurance-chômage.La situation de Madame Therrien a touché la population. De nombreux regroupements et coalitions vont mener, dans les prochaines semaines, des actions un peu partout au Québec, afin d’amasser des fonds pour lui venir en aide et pour faire connaître les agissements du gouvernement Harper. La campagne de soutien à Sylvie Therrien, organisée par le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC) se termine avec un résultat qui dépasse tous les objectifs que nous nous étions fixés. Plus de 800 donateurs ont contribué pour atteindre 46 456 $. Nous sommes impressionnés.La présidente d’honneur de la campagne, Madame Suzanne Tremblay, appelait à la générosité du peuple et c’est le peuple qui a répondu, et de façon magistrale. Des centaines et des centaines de personnes, ainsi que de nombreux syndicats, organismes communautaires et communautés religieuses, ont fait parvenir leur contribution, sous forme de chèque ou par don en ligne. Des dizaines et des dizaines de lettres de solidarité, de mots d’encouragement, de la part de citoyens qui exprimaient les mots du cœur et ceux de l’espoir, sont parvenus à Sylvie Therrien.Nous avons été impressionnésDans l’une de ces lettres, quelqu’un disait que nous vivons des temps d’indifférence et du chacun-pour-soi.C’est pourquoi le geste de Sylvie Therrien est devenu aussi remarquable, emprunt d’un courage hors du commun. Enquêtrice à l’assurance-emploi, elle a brisé l’omerta qui règne dans les bureaux de chômage, elle a transmis des informations aux médias (quotidien Le Devoir) référant au système des quotas et autres enquêtes sélectives. Identifiée suites aux enquêtes internes, suspendue de son poste sans solde et ensuite congédiée au mois d’octobre, elle n’a pas eu froid aux yeux : elle a poursuivi publiquement sa dénonciation.Certains ont tenté de l’isoler, de la bâillonnerCette campagne a été livrée avec un seul souci, celui d’exprimer clairement, et sans ambigüité, notre solidarité avec elle. Une solidarité concrète, effective, avec cette idée claire en tête : on ne laisse jamais tomber notre monde. Jamais.Nous voulions que notre solidarité soit le prolongement de son courage, que les travailleurs et les chômeurs soient sa caisse d’assurance-chômage. Ce sont de véritables remparts de solidarité qui se sont levés. Nous pouvons êtres fiers de ce que nous sommes comme société.Encore une fois, nous remercions tout le monde, tous ceux et celles qui ont rendu possible cette campagne de solidarité. Et pour reprendre, d’une certaine façon, les mots de remerciement de Sylvie, nous pourrions dire : « non, tu n’es pas seule, nous sommes des milliers, et nous avons confiance que la justice triomphera. » Visiter le site de la campagne: http://aidonssylvietherrien.lecnc.com/


 

La Coalition nationale des Sans-Chemise

 

SansChemise_site

C’est dans la région de Charlevoix que sont apparus les Sans-Chemise. En juillet 2000, le ministère procède à un redécoupage des régions administratives de l’assurance-chômage, ce qui provoqua de graves conséquences sur les critères d’admissibilité à l’assurance-chômage ainsi que sur la durée de la période de prestations pour les gents de cette région, entre autres. Les Sans-Chemise s’organisent!Devant l’ampleur des enjeux, les intervenants locaux lancent :  » Mettons nos culottes pour ne pas perdre nos chemises! « . Ils se donnent le nom de Comité des Sans-Chemise et entreprennent de mobiliser la population afin de faire pression sur le gouvernement. En septembre 2000, le gouvernement répond aux pressions populaires et il met en place des mesures transitoires pour atténuer les effets des modifications des régions administratives sur la population active. Mais ces mesures consistent à remettre le problème à plus tard. La relance de la lutteLe Comité des Sans-Chemise se remet sur pied en mai 2002 avec l’idée qu’il faut mener le combat dans un cadre plus large afin de s’assurer de résultats durables pour le plus grand nombre.Ainsi, à l’automne 2002, la population de Charlevoix entreprend de nouvelles actions pour faire pression sur le gouvernement. Cette fois-ci, les appuis politiques d’organisations populaires et syndicales arrivent de partout au Québec. À la manifestation du 21 septembre 2002, 1 000 personnes défilent dans les rues de La Malbaie, dont une douzaine de groupes de chômeurs provenant de différentes régions du Québec. Des Sans-Chemise partout au QuébecÀ partir de ce moment, les Sans-Chemise s’organisent partout au Québec. Une Coordination nationale des Sans-Chemise se met en place, réunissant aujourd’hui le CNC ainsi que la CSD, la CSN, la CSQ et la FTQ, appuyée par de nombreuses autres organisations.Depuis lors, les Sans-Chemise n’ont eu de cesse de mener un intense travail de sensibilisation, de mobilisation et de pression afin d’obtenir un meilleur régime d’assurance-emploi visant à mieux protéger les travailleurs et les travailleuses lorsqu’ils sont en situation de chômage. Visiter le site de la campagne: http://sanschemise.comitechomage.qc.ca/


 

La marche des chômeurs de 2006

sdsa3434224Le CNC organise, du 11 au 18 octobre 2006, une marche de Montréal à Ottawa. Dans la foulée des campagnes menées avec les Sans-Chemise (« Qui a volé l’argent des chômeurs ? » en 2004 et « Fini le détournement de la caisse » en 2006), cette marche revendiquera haut et fort un VRAI système d’assurance-chômage d’accès universel.Accéder au site de la Marche de 2006

Poser une question

Valider