Le cheval de Troie de la ministre Finley

Actualités politiques

1 mai 2012

La ministre Finley a annoncé hier, le 30 avril 2012, des « améliorations prévues au programme d’assurance-emploi ». Ces améliorations ont trait au nouveau calcul du taux de prestations qui entrera en vigueur à compter du 7 avril 2013, l’année prochaine. Du même souffle, mais sans expliquer ses conséquences, elle signalait brièvement que le projet pilote qui favorisait les régions avec des taux élevés de chômage, soit le projet pilote sur les 14 meilleures semaines, ne serait pas prolongé au-delà du 6 avril 2013. Ce projet pilote vise six régions sur douze au Québec.

Ainsi, un nouveau mode de calcul du taux de prestations basé sur les meilleures semaines de la dernière année sera établi pour l’ensemble du Canada mais il n’y aura plus de mesures spéciales pour aider les régions à haut taux de chômage. Ce nouveau mode de calcul va continuer à reposer sur un dénominateur (soit le diviseur sur lequel on établit la moyenne, ou le nombre des meilleures semaines que la Commission va aller chercher), dénominateur fixé en fonction du taux de chômage régional. Cette norme variera entre 14 et 22 semaines.

Si on enlève certains irritants à l’actuelle méthode de calcul (période de base par exemple), on introduit un véritable cheval de Troie pour les régions désignées par le projet pilote en vigueur depuis 2004. Ce qui se présente comme un cadeau sera en fait une exaction.

Si le taux de chômage actuel se maintient au même niveau, cinq (5) régions sur six (6) vont perdre cet acquis du calcul sur les 14 meilleures semaines de travail :

  • Chicoutimi-Jonquière va passer à un taux basé sur la moyenne des 21 meilleures semaines;
  • Trois-Rivières à 20 semaines;
  • Le Bas Saint-Laurent / Côte-Nord, le Centre du Québec et le Nord-Ouest du Québec à 18 semaines.

Par exemple, dans ces trois dernières régions, un travailleur pourrait se qualifier avec 600 heures de travail accumulées sur 15 semaines et voir la moyenne établie en divisant par 18 (le nouveau dénominateur), alors que sous l’actuel projet pilote en vigueur depuis 2004, cette moyenne s’établit sur 14, ce qui bien sûr a une incidence certaine sur le montant.

Pour ces régions, il s’agira d’un véritable cheval de Troie, un cadeau empoisonné alors que par derrière ce gouvernement met le feu à la maison.

Voilà une autre raison pour laquelle il faut sortir de là et rapatrier au Québec ce pouvoir d’établir notre propre régime d’assurance-chômage qui protégerait mieux notre population.

 

* «Cheval de Troie»: est un clin d’œil à la chronique de Manon Cornellier « Abus de pouvoir budgétaire » dans Le Devoir du lundi 30 avril.

Journal « le Métro »: Rapatriement de l’assurance-emploi demandé

Actualités politiques

29 avril 2012

Pierre Céré, porte-parole du CNC, dimanche 29 avril 2012

« Rapatriement de l’assurance-emploi demandé » dans Le journal Le Métro, dimanche 29 avril 2012.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Rapatrier au Québec l’assurance-emploi

Actualités politiques

29 avril 2012

Montréal, dimanche 29 avril 2012 –  Le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC) réclame le rapatriement au Québec du régime d’assurance-emploi. Une campagne publique a débuté cette fin de semaine, avec la parution et la distribution de 60 000 exemplaires d’un document venant appuyer la démarche. Il y aura aussi une tournée d’assemblées publiques au cours des mois de septembre et octobre prochains.

Lors d’une conférence de presse tenue à Montréal, ce matin, les leaders du CNC, soient Pierre Céré, porte-parole, et Danie Harvey, membre de l’exécutif, ont dévoilé les principaux arguments, rappelant entre autres que le gouvernement fédéral a failli à ses responsabilités en la matière. Ils ont aussi exprimé l’importance des changements réclamés, tout en soulignant que le Québec possède l’expérience et les infrastructures pour assumer ce programme. Le CNC compte mener une campagne non partisane, s’adressant à la population québécoise et visant cet objectif : rapatrier au Québec l’assurance-emploi.

 

L’ex-actuaire en chef du Programme d’assurance-emploi, Michel Bédard, ainsi que l’économiste Pierre Fortin favorisent cette voie

Étaient aussi présents à cette conférence de presse l’ex-actuaire en chef du Programme d’assurance-emploi, Michel Bédard, ainsi que l’économiste Pierre Fortin. Monsieur Bédard a témoigné du fait que « le régime fédéral est coûteux et mal administré, fondé sur des lois accommodantes qui permettent à ce gouvernement de détourner des milliards de dollars » alors que Monsieur Fortin a souligné que « le transfert à Québec de la compétence fédérale actuelle en matière d’assurance-emploi permettrait une meilleure adaptation du programme aux besoins propres du Québec, moins de complications pour les citoyens et une plus grande facilité d’améliorer constamment le système ».

 

Ramener l’assurance-emploi à sa fonction première : protéger les travailleurs

Des milliers de cotisants à l’actuel régime fédéral d’assurance-emploi, plus de un sur deux, n’ont pas accès aux prestations lorsqu’ils en ont besoin, conséquences malheureuses de règles complexes, confuses et arbitraires. D’ailleurs, les récentes annonces du budget Flaherty en matière d’assurance-emploi vont empirer la situation.

Pour le Conseil national des chômeurs, l’objectif est clair : un programme québécois d’assurance-chômage assumerait sa fonction première, soit celle de protéger les travailleuses et les travailleurs en leur assurant une sécurité économique entre deux emplois.

 

Une solide campagne publique

La présente campagne se déroulera dans toutes les régions du Québec. Le CNC poursuivra, sans relâche et avec la même détermination, cet objectif du rapatriement au Québec de l’assurance-emploi.

« Le constat est simple, et à la fois brutal : le régime fédéral d’assurance-emploi a failli et sa gestion est arbitraire et va contre la population. Le Québec peut, par délégation de pouvoir, rapatrier ce programme. Nous interpellons la classe politique québécoise afin qu’elle se prononce  sur la question », ont conclu les leaders du CNC.

 

– 30 –

 

Source : Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC)

Informations : Pierre Céré, 514 606-4074

Danie Harvey, 1 418 436-1436

www.lecnc.com

Page 103 of 110« First...102030...101102103104105...110...Last »

Poser une question

Valider