Impact d’un taux de chômage à 6,9% dans Charlevoix!

14 novembre 2017

Le Mouvement Action-Chômage de Charlevoix considère incohérent le taux de chômage à 6,9% dans Charlevoix!

Voici la réalité de deux femmes de chambres ayant 20 ans et 33 ans d’expérience.

Denise travaille comme femme de chambres à 13$/l’heure dans une des meilleures auberges de La Malbaie depuis maintenant 20 ans. Elle est la plus vieille donc travaille le maximum d’heures.  L’Auberge qui emploi 40 travailleurs saisonniers vient de fermer pour fin de saison le 04 novembre 2017. Denise a accumulé 912 heures. Le taux de chômage étant à 6,9% elle a droit à 19 semaines de prestations d’assurance-emploi. Le 23 mars 2018 elle n’aura plus de prestations. Son travaille reprendra à temps partiel vers la mi-mai pour faire le grand ménage du printemps étant donné qu’elle est la plus ancienne. Avec une prestation de 240$ par semaine  Denise n’est pas en mesure d’assumer une période sans revenu. Elle aura un trou noir d’au moins 7 semaines sans revenus et d’au moins 5 semaines avec un revenu d’emploi de 130$ pour du temps partiel jusqu’à l’ouverture complète, ce qui représente pour elle un manque à gagné de 2000$ de moins que l’an dernier.

Chantal travaille depuis 33 ans pour une entreprise de St-Joseph-de-la-Rive. Elle est également la plus vielle employée et fait le plus grand nombre d’heures. Elle a accumulée 791 heures, elle obtiendra 17 semaines de prestations. L’entreprise a fermé pour fin de saison le 28 octobre 2017 et devrait rouvrir autour du début avril pour quelques semaines de grand ménage. Chantal aura a vivre une période sans revenu d’au moins 9 semaines ce qui représente un manque à gagner de 1500$ dans son cas sans prendre en compte les semaines incomplètes qui l’attendent à son retour au travail en avril.

Et maintenant voici la réalité des travailleurs en forêt. Jean et Dan travaillent depuis tout jeunes comme débroussailleurs

Cette année, ils ont accumulés 1100 heures. Ils auront droit a 23 semaines de prestations. Avec une fin d’emploi milieu octobre 2017 ils termineront leurs prestations à la fin mars 2018. Le retour au travail est possible à partir du milieu de mai (quand la neige en montagne est fondue). Ils vivront une période sans revenu de 5 semaines pour un manque à gagner de 2500$ chacun.

Sophie, femme à tout faire ce qui reste, est la dernière entrée dans l’entreprise, ne s’est pas qualifiée en octobre avec 628 heures (demandait 630h) et encore moins en novembre. Elle est sans revenu depuis maintenant 6 semaines.

Des travailleurs qui s’appauvrissent c’est aussi une toute une région qui s’appauvrir.

Poser une question

Valider